La psychanalyse [pure]

« Nous donnons le nom de psychanalyse au travail qui consiste à ramener jusqu’au conscient du malade les éléments psychiques refoulés. »

Sigmund Freud,

La technique psychanalytique

Trop souvent la psychanalyse est réduite à l’ensemble des théories, parfois contradictoires, que des psychanalystes de renom ont voulu laisser à la postérité.

Or, la psychanalyse est avant tout une méthode d’investigation et de compréhension des processus psychiques inconscients : c’est à ce prix qu’il est possible d’échafauder une théorie.

Nous verrons que chacun a la sienne, ce qui a sans doute à voir avec le fait que, pour la psychanalyse, chacun est unique, et non pas une occurence d’une pathologie parmi d’autres.

Le travail psychanalytique

Partant de l’observation qu’un certain nombre d’actes ou de paroles échappent à notre volonté, Freud a posé l’hypothèse que ces erreurs involontaires étaient peut-être inconsciemment volontaires.

En d’autres termes, parsemées au milieu du discours ou du comportement conscient et volontaire, se glissent parfois des manifestations, incontrôlables et déguisées, de désirs ou pensées profondes.

En premier lieu les rêves, mais aussi les lapsus, les actes manqués, bien évidemment les symptômes, et parmi eux les symptômes psychosomatiques.

Ces pensées inconscientes utilisent un langage symbolique pour s’exprimer. Tout le travail de la séance est de comprendre ce qui cherche à s’exprimer par ces manifestations.

La liberté de parole en séance va permettre de pister l’inconscient, de découvrir certaines associations, et de dévoiler ainsi les processus psychiques à l’oeuvre.

La théorie psychanalytique sur la psychogénèse

Ceux qui s’intéressent aux différents courants de pensée de la psychanalyse, peuvent se documenter sur les grands auteurs de la psychanalyse et leurs nombreux ouvrages.

Si le retour à Freud prôné par Lacan est indispensable, d’autres auteurs ont souvent apporté une contribution essentielle à la théorie psychanalytique (Klein par exemple).

Ce sur quoi s’accordent les auteurs contemporains est la prédominance des effets du rapport du trio enfant-mère-père sur la psychogénèse de l’être humain. Au coeur du problème le fameux oedipe, et la castration symbolique (la séparation de la mère) qui fait passer l’enfant du statut d’être dépendant à celui d’être de parole.

Mais la théorie est très riche et les hypothèses nombreuses. Ce qui est essentiel est avant tout la façon dont chacun vit ces étapes, et l’empreinte inconsciente, émotionnelle et symbolique, qui en est conservée.

La théorie psychanalytique sur le comportement

Les difficultés inhérentes au passage de l’oedipe vont être à l’origine du "caractère" unique de l’individu, et des symptômes qu’il va ultérieurement développer. 

Les traits de caractère restent des atouts développés au fil du temps. Ce qui compte c'est comprendre l'origine du déclenchement incontrôlable de certains états d'âme ou comportements.

Il est à noter que nous sommes tous névrosés, c’est à dire que nous avons tous trouvé une solution pour concilier vécu et réalité. Le psychotique, lui, croit adapter la réalité à son vécu, mais c’est une autre histoire...

La théorie psychanalytique sur la relation

La psychanalyse nous apprend que nous avons tendance à nous projeter sur les autres, et les prendre pour nous-mêmes ou ce que nous voudrions être. Mais nous projetons également les représentations de nos parents et des personnes qui ont participé à notre psychogénèse. 

C’est le fameux transfert auquel le psychanalyste n’échappe pas, et le contre-transfert, le transfert que le psychanalyste a tendance à faire lui-même sur l’analysant.

Chaque relation humaine est faite d’un mélange complexe entre la part de nous que nous croyons reconnaître en l’autre, les intentions que nous prêtons à l’autre en le prenant pour quelqu’un que nous avons connu mais qu’il n’est pas, la part que l’autre croit reconnaître en nous, et les intentions qu’il nous prête en nous prenant pour quelqu’un qu’il a connu mais que nous ne sommes pas. 

C’est évidemment source de malentendu, particulièrement en couple et dans la relation du parent avec son enfant.